Huis clos – J1

Sous le signe de : l’ambivalence

On entame notre premier jour de confinement aujourd’hui en Belgique. Et je me sens tiraillée…

D’un côté, je suis contente de passer du temps à 3 : ça faisait longtemps qu’on avait pas eu l’occasion d’être ensemble de façon si paisible, sans une réunion politique, sans les coureries pour la crèche, sans sollicitations à gauche et à droite etc. Parce que oui, on a enlevé E. de la crèche pour 5 semaines étant donné qu’on est tous les deux avec le papa en télétravail plus ou moins nécessaire. C’est la moindre des choses de laisser la place à des enfants qui n’auraient pas de mode de garde alternatifs, notamment ceux qui auraient dû rentrer à l’école cette semaine…

Et soyons positifs jusqu’au bout: on comptabilise 5 jours sans pluie, dont plusieurs avec du soleil ! du coup, on va beaucoup dehors profiter du bois adjacent (privé, mais bon voilà !) et de notre petit jardin.

De l’autre côté, comme d’hab avec une situation un peu « différente », je tire des plans sur la comète et me retrouve frustrée parce que moi mes cours à l’unif ne sont pas suspendus et que j’ai toujours mon rapport de stage à faire. Avec la demoiselle à temps plein, c’est pas simple. Je voulais du temps pour ranger un peu mes 3 paniers de linge à replier qui traînent, du temps à deux avec le papa, du temps à 3 en famille, du temps à lire un peu et écrire, du temps à jardiner, préparer quelques activités pour E., cuisiner ensemble. Bref, un peu de congé. LOL. Je me sens nulle de ne pas savoir me lever à 6h du mat’ pour essayer de bosser 2h avant qu’ils se lèvent mais 1° je suis crevée en ce moment, et 2° E. a le sommeil léger au matin et tend à se réveiller vite quand je pars: rien de plus frustrant qu’une tentative de temps seule avortée. Et le soir, bah je m’endors avec elle à 21h…

Puis je suis un peu inquiète aussi. Je ne crois pas qu’on reprendra les cours après Pâques, la situation ne s’y prête pas j’ai l’impression. Puis j’ai un peu peur d’être malade, pas tant pour les conséquences que pour la difficultés de gérer boulot et petite fille (et la mise en quarantaine). J’ai très probablement été en contact avec une malade: est-ce que je n’ai pas eu de symptômes? est-ce que le virus est en mode « couveuse »?

C’est une situation qui me questionne et met en évidence plein de failles systémiques à garder à l’œil. Et je pense aux gens qui sont confinés dans de petits espaces avec le risque de violences que ça peut engendrer: ça me fait mal au cœur.

Bref, je parabole sur cette soi-disant parenthèse qui n’en pas une pour tous et qui me laisse sur ma faim.

Et chez vous, ça se passe comment le ralentissement forcé ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s