Dormance

« Semons, semons, plein de petites graines lancées à la volée dans les têtes, les cœurs et les jardins !

Vite, que le printemps arrive.  »

L’écologie est bien intégrée dans mon quotidien.

Sous forme de sciences, elle est mon métier – ou du moins essaie-je d’en découvrir un peu plus sur elle.

Sous forme de valeur, elle irrigue mes pensées, façonne mes réflexions et me pousse à m’interroger sur ma place dans le tout que forme la Terre et ses habitants (dans l’écosystème global, pour les intimes du vocabulaire scientifique 😉 )

Pour, au final, se traduire dans des actes que j’essaie de penser au plus juste mais qui sont toujours porteurs ou de compromis, ou de failles.

Cependant, bien que j’ai l’impression d’agir petitement, sous mes pas se creuse un fossé. Car au plus j’avance sur cette voie, au plus je m’éloigne d’une norme instaurée, tenace, à laquelle se rattachent beaucoup de monde.

Alors, plutôt que de cheminer seule, j’ai envie d’être accompagnée, de bousculer les habitudes, d’ouvrir des portes et des horizons.

…Qu’est-ce qui nous motive dans nos prises de décision ?

…Qu’est-ce qui nous freine dans les changements ?

…Vers qui peut-on se tourner pour poser une question ?

…Au final, a-t-on vraiment envie de se poser une question ?

Je n’ai pas envie d’incarner au yeux du citoyen lambda un « idéal » inatteignable, demandant trop d’efforts, trop de temps.

Non.

Car pour faire bouger les idées, changer les comportements, il faut d’une part donner l’exemple et, d’autre part, offrir des ressources et un accompagnement stimulant car le chemin est parfois fastidieux.

J’ai envie de semer des idées et de planter des pousses de réflexion.

Dès lors, j’aimerais lancer des défis écologiques dans ma ville, des challenges qui seront encadrés notamment via cet espace. Ce blog sera mon outil. Si je ne suis pas très douée dans les idées innovantes et créatives, j’ai envie de mettre à contribution ma capacité de synthèse. Ce blog, je le souhaite de tout cœur, deviendra un espace d’échange, de collaboration et j’espère que plusieurs mains contribueront à son développement.

La graine est plantée, en dormance pour l’hiver, mais j’espère qu’elle germera au printemps !

Et vous, qu’est-ce qui vous freine dans le changement ?

PS : je remercie très chaleureusement Charlotte, Clémentine, Natasha et Ophélie pour avoir permis à cette idée de germer et pour les beaux échanges.

Publicités